Photos d'ici et d'ailleurs

D'hier à demain

Seuls quelques cygnes annonçaient le froid, la gelée

Que nul n'imaginait si piquants, si mordants.

Le repli glacé des ailes immaculées

Finit par contraindre ton cœur incandescent.

Nulle braise ne résista au manteau blanc,

Ni tes larmes brûlantes ne le ranimèrent.

A peine on entendit au loin le battement

De ton cœur alourdi, hésitant et amer.

Les mots durs que ta bouche laissa s'envoler

Couvrirent la crevasse de tes illusions.

Les maux que tu infligeas alors, désolé,

L'emplirent de noirs tourments et de confusion.

Quand pourtant tes baisers passionnés, répétés,

Firent naître l'envie de calmer le vacarme,

L'espoir de te noyer dans ses yeux attristés

Parcourut tes veines au doux chemin de son âme.

La lueur ranimée n'est pas encore le feu

Que pour vivre demain il te faut retenir.

Mais elle deviendra la chaleur que tu veux

Et, nourrie du passé, sera votre avenir.

Bientôt à son cœur ouvert transmets ce message

Que toujours le souffle de vos lèvres unies

Soigne les cygnes transis, gonfle leur plumage

Pour un voyage aux confins de tes rêveries.

Marcel Maison